Le ministère de la Santé (DGS) a mis en place en 1999 un réseau national de veille du « moustique tigre » Aedes albopictus. Cette veille s'est exprimée principalement aux frontières, ce moustique étant présent depuis une quinzaine d'années en Italie et également en Espagne (centre Catalogne) et pouvant transiter en d'autres points par le biais du commerce des pneumatiques usagés (un de ses gîtes de reproduction favoris).

Le Ministère a décidé de renforcer la surveillance d'Aedes albopictus, particulièrement sur le pourtour méditerranéen, et d'envisager en tant que de besoin un contrôle là où sa présence a été identifiée.

Aujourd’hui l’espèce est largement répandue sur la moitié Sud de la France ; le pilotage des opérations de surveillance et de lutte ont été confiées aux Agences Régionales de Santé (ARS) et aux opérateurs qu’elles ont choisi pour mener a bien les missions de terrain. En plus de la lutte la surveillance a pour objectif de surveiller la propagation du moustique-tigre dans les territoires encore non colonisés (veille), et la surveillance des sites d’intérêts comme les centres hospitaliers, les ports et aéroports ou la prolifération de l’espèce peut être problématique (risque sanitaire ou d’export de l’espèce).

Il faut donc distinguer entre la veille du moustique, destinée à identifier son installation dans des secteurs jusqu’ici vierges de sa présence, et sa surveillance, pour confirmer son implantation là où il a déjà été identifié.

   
© EID MED / 2021