Une traduction ?  

   

Flash Info (dernière)  

Moustique-tigre : garder raison et prévenir en amont

C'est chaque année la même chose : avec la relance, le 1er mai, par le ministère de la Santé du « plan national antidissémination du chikungunya, de la dengue et du zika », à raison du début de reprise du cycle biologique du moustique-tigre (Aedes albopictus) qui peut être vecteur de ces maladies, un site internet privé reprend les données publiques à sa façon, instaure des niveaux de « vigilance » qui ne figurent pas dans la nomenclature officielle et communique à grande échelle, pouvant susciter une alarme hors de propos.

Lire la suite...
   

   

La chasse aux lieux de ponte

   

   

Implantation du moustique : 51 départements en niveau 1

   

Implantation du moustique : à l'échelle communale

   

« Moustique tigre »... Sa vie, son oeuvre !

 

Voilà 15 à 20 ans (déjà ? Et oui, déjà !) qu’Aedes albopictus est présent en Europe occidentale : identifié en Albanie dès 1979, il est présent notamment en Italie depuis 1990, désormais dans 9 régions et 30 provinces, où plusieurs programmes de lutte ont été mis en place, en particulier dans la région de Rome.

Depuis sa zone d’origine, le Sud-Est asiatique, il a essaimé à la surface de la planète, à la « faveur » du commerce international, en particulier des pneumatiques usagés. En fait, sa dissémination fait qu’il peut entrer sur le territoire métropolitain français aussi bien par l’Est que par l’Ouest. En témoignent les primo identifications réalisées par l’ADEGE (agence nationale pour la démoustication), dont l’EID Méditerranée est membre fondateur, conventionnée à cette fin par le ministère de la Santé.

Mais si l’importation d’Aedes albopictus via le commerce et le stockage de pneumatiques usagés, dès lors qu’elle est systématiquement et rapidement identifiée, ne pose pas de problèmes (éradication aisée par traitements curatifs sur des espaces très circonscrits), un autre problème est celui de l’extension de proche en proche par des moyens très classiques : les transports individuels et collectifs. Et oui, Aedes albopictus prend lui aussi la voiture, le train ou l’autobus (entre autres), et pas seulement dans le coffre. C’est comme cela qu’il a franchi la frontière, en 2004 / 2005, du côté de Menton…

   

Chez vous : adoptez les bons gestes !

   

Chez vous : adoptez les bons gestes !

   

Accès Facebook  

   

Espace documentation  

   

Site de signalement  

   
© EID MED / 2013